lundi 27 février 2012

L'écologisme de la joie : Solution numéro 14

Après la Solution Numéro 92 : "comment dépolluer sa maison qu'on nettoie trop avec n'importe quoi", la solution numéro 8 : "comment éviter de comparer n'importe quoi avec autre chose qui n'est pas la même chose" et la solution numéro 37 "Comment contribuer à l'augmentation de la croissance économique en consommant moins", après la solution numéro 98 "Comment vivre en autarcie et régaler ses amis avec un bon repas à base de quiche", acte I et acte II, accueillons avec liesse et délirants débordements la solution numéro 14 de l'écologisme de la joie :

Cette solution miraculeuse répond à la problématique "C'est bien joli de parler des producteurs et acteurs du bio-tout ça, mais comment en trouver près de chez moi ? Si ça se trouve il n'y en a pas".

Excellente question. Jusqu'à récemment, je me la posais également. Certes, nous avons la chance d'être nourris par une famille formidable, mais pour le reste...
Le collectif Colibris auquel j'adhère apporte une solution géniale et radicale à cette légitime interrogation en nous proposant une carte de France des producteurs et acteurs du bio et de l'écologisme. Tous n'y sont pas, mais pas loin, et la base de données est régulièrement enrichie. Il faut noter que la carte nationale est divisible en petites cartes départementales, que l'on peut agrandir à loisir.
Enfin bref, pour jouer vous aussi allez voir là, c'est génial :
http://www.colibris-lemouvement.org/ensemble/acteurs-et-projets-pres-de-chez-soi

Je me souviens d'avoir assisté à l'ouverture du premier magasin d'alimentation AB des Vosges (je vous embrasse, en passant, chers pionniers perdus de vue). Aujourd'hui, il y en a quatre rien qu'à Épinal. Quoi qu'on ait pu endurer, l'évolution est plutôt positive, comme quoi le monde n'est pas que profit et destruction.
Soyez heureux.

10 commentaires:

  1. A Epinal même les images sont bio!

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour l'info, je vais aller voir.
    A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vas voir, il y en a pour tous les goûts !

      Supprimer
  3. Moi je voudrais bien savoir comment les producteurs "bio" peuvent être certains qu'ils le sont, environnés de partout par une agriculture qui nous vaporise des pesticides et autres saloperies à longueur d'années.
    J'ai un jardin tout ce qu'il y a de bio, compost, fumier de cheval etc... mais de l'autre côté de la haie, mon voisin tend les grands bras de sa machine bourrée de produits chimiques et arrive à faire crever outre un très beau pommier, mais encore de l'aubépine, et même un sureau, c'est dire... Je veux bien croire et espérer que les Vosges sont moins polluées que la Beauce, mais je crois aussi qu'il ne suffit pas d'étiqueter bio un produit pour qu'il le soit... En tout cas, je crains que mes radis, mon oseille, mes framboises, ma rhubarbe ne soient sévèrement contaminés par ce que mon voisin dépose sur ses blés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore un problème de communication ou de mauvaise information : Le cahier des charges pour obtenir le label est très long et il inclut l'absence de voisinage polluant.
      Ton jardin n'est par conséquent pas bio et tu ne peux rien y faire... à moins que ton voisin ne renonce à ses vaporisations.
      Il est dommage de penser que beaucoup de gens contestent le bio sur des idées reçues comme celle-ci.
      "mais je crois aussi qu'il ne suffit pas d'étiqueter bio un produit pour qu'il le soit..." Dit comme ça, c'est une évidence, mais je te retourne l'argument : Il ne suffit pas d'avoir un comportement de producteur bio pour avoir le droit d'étiqueter bio, il faut aussi que les sols soient propres depuis plusieurs années, que le voisinage soit propre, que le ruisseau qui traverse les champs soit non pollué, etc.
      On ne devient pas AB en claquant des doigts, c'est une démarche volontaire complexe et très surveillée.

      Supprimer
  4. Cent pour cent d'accord avec almanachronique et as tu pensé à la "biologie" de la pluie qui tombe sur tes salades?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien moi je ne suis pas d'accord du tout (voir commentaire ci-dessus).
      Quant à la pluie non bio, les producteurs propres n'en sont pas franchement responsables... On ne peut pas attaquer les producteurs bios en leur mettant sous le nez la pollution des autres, ça n'a pas de sens et ça m'énerve !

      Supprimer
    2. "On ne peut pas attaquer les producteurs bios en leur mettant sous le nez la pollution des autres, ça n'a pas de sens et ça m'énerve !"

      +1 !!!!!

      Supprimer
    3. Bon voui, mais toi t'es ma chérie ;-)

      Supprimer

Il est interdit de sortir de cette page sans commenter, sauf si vous décidez le contraire...